COUTEAU à GRAVITE M-1963 Type IV FKm


Pour ce dossier sur les couteaux à gravité allemands, j'ai utilisé, en majorité, les textes et photos du superbe blog russe indiqué ci-dessous:















Pour permettre à ses paras de se libérer rapidement des suspentes de parachute, la Luftwaffe a commandé un couteau spécial, qui est entré en service pour les unités aéroportées de l'Allemagne nazie le 24 Mai 1937.

Le couteau porte le nom de « Fliegerkappmesser » (couteau d’aviateur) (FKm).

Dans la littérature occidentale, ce couteau est également connu sous le nom de :

« Luftwaffe Fallschirmjäger-Messer » (couteau de parachutiste de la Luftwaffe),

Couteau à gravité allemand,

Couteau à gravité de la Luftwaffe,

Couteau à gravité German Air Force,

Couteau gravitationnel de parachutiste,

Couteau gravitationnel de la Bundeswehr,

« Bundeswehr-fallmesser » (couteau de secours de la Bundeswehr)

 etc.

Les armuriers allemands ont réussi à créer un couteau simple, compact et fiable, destiné non seulement à une utilisation sous le Troisième Reich, mais également à devenir l’un des plus célèbres couteaux militaires au monde, toujours utilisé par la Bundeswehr et certains pays de l’OTAN.

Au total, on connaît cinq modèles différents de ce couteau, dont les deux premiers ont été produits pendant la période de l'Allemagne nazie, les trois autres dans l'après-guerre.

 




Modèle 1937 (M-1937/I FKm)

Le premier modèle de coupe-suspente "M-1937", ou Type I FKm a été produit dans la période de 1937 à 1941 à Solingen, dans les entreprises des sociétés allemandes "Paul Weyersberg & Co" et "SMF" (Solinger Metallwaffenfabrik Stoecker & Co).

La longueur totale du couteau est de 25,5 cm ouvert et 15,5 cm fermé. La lame a la forme classique d'un couteau de poche, en acier inoxydable, pour une longueur de 10,5 cm. Pour éviter la corrosion, toutes les pièces métalliques sont nickelées.

Les plaquettes sont en chêne, noyer ou hêtre et fixées à l'aide de rivets en cuivre.

Le couteau a une conception à lame rentrante avec un poinçon de longueur 9,3 cm pour démêler les nœuds et une bélière en acier.

Ce FKm est porté dans une poche spéciale du pantalon des parachutistes au-dessus du genou droit, fermée par des boutons. Pour faciliter le retrait du couteau de la poche et éviter sa perte, un cordon est fixé à la bélière et à la ceinture du soldat.

Une fois rentrée, la lame est retenue à l'intérieur du manche. Ouvrir le couteau peut se faire d'une seule main. Pour cela, il est nécessaire de presser le dispositif de retenue, de l'incliner vers le bas ou d'effectuer un mouvement fouettant énergique de la main  vers le bas et par un effet de la gravité, la lame sort, bloquée en position de travail (d'où le nom de couteau à gravité).

Lors de l'utilisation du premier modèle de FKm, son inconvénient majeur est révélé : la conception non séparable ne permet pratiquement pas de nettoyer le couteau après une utilisation intensive sur le terrain.

Cet inconvénient a été supprimé dans le modèle M-1937/II (Type II FKm), qui a été produit à partir de l’année 1941 jusqu’à la fin de la guerre.

 

Modèle 1941 (M-1937/II FKm)




La principale différence du second modèle réside dans la possibilité de désassembler rapidement le couteau afin de le nettoyer ou de remplacer la lame endommagée par une nouvelle.

De plus, pour effectuer ces opérations, aucun outil spécial n'est requis.

Un traitement de surface foncé (bronzage) a été utilisée à la place du nickelage sur la protection et le levier de verrouillage.

En plus des entreprises susmentionnées, des couteaux ont également été fabriqués en sous-traitance par notamment la société « E. A. Heibig.

Depuis 1942, les marques des fabricants sur la lame des couteaux ont été remplacées par leurs codes d'usine (Reichsbetriebnummer). Ainsi, par exemple, les couteaux avec un poinçon "M7/43" ont été fabriqués par "Paul Weuersberg & Co", et "M7/13" pour "SMF".

Pendant la guerre, en raison de la pénurie de matières premières, on procède à un traitement de surface à la place de l'acier au nickel, puis vers la fin de guerre, utilisation de l'acier au carbone avec brunissage.

Les couteaux ne sont pas seulement utilisés par les unités des forces aéroportées, mais également par le personnel navigant de la Luftwaffe et des unités de chars.

 

Modèle 1955 (M-1955/III FKm)




Le premier modèle d'après-guerre "BW Kappmesser für LL-Truppe" (Type III FKm) est sorti en 1955, un an après la recréation des unités aéroportées dans les forces armées allemandes.

La production de ces couteaux a été confiée à des entreprises spécialisées dans la coutellerie - WKC (Weyersberg, Kirshbaum & Co) et Anton Wingen Jr.

Le couteau a une conception non séparable, et l'absence de poinçon permet un manche plus fin que les couteaux de la période de guerre. 

La lame, sa bouche et le levier de verrouillage sont nickelés pour la protection contre la corrosion.

Les plaquettes noires sont en plastique, rainurées en trois groupes de bandes parallèles pour une meilleure prise en main, et l'embouchure de la poignée est fermée par une trappe.

 

Modèle 1961 (M-1963/IV FKm)




Curieusement, en revenant une conception non séparable, les Allemands ont suivi le même cheminement conceptuel (peut être financier) que lors de l'adoption du premier modèle de FKm. 

Face à la demande, notamment, de nombreux vétérans de la Luftwaffe souhaitant avoir entre les mains les sensations familière d’un modèle militaire; l'ouvrage est remis sur le métier....

Dès 1961, une nouvelle version est mise en service sous la nomenclature de la Bundeswehr 7340-12-140-10-31, Messer, Kapp - LL - Truppe adopté en tant que couteau M-1963/IV FKm.

Le couteau est de nouveau démontable et ressemble en apparence au modèle 1941.

Les seules différences sont dans le manche en plastique de couleur olive rainuré et les inscriptions « BUND » ou « BW » (Bundeswehr) estampées sur le manche.

Ce couteau est fabriqué par WKC, Anton Wingen Jr., WMF (Württembergische Metallwarenfabrik), OWF (Otto Förster, Witzhelden) et Carl Eickhorn Waffenfabrik AG.

Le M-1963/IV FKm est toujours en service pour les parachutistes, les chars, l’aviation et une partie de la Bundeswehr.


Modèle AES.




En 1975, l'une des sociétés fabriquant les couteaux du quatrième modèle, Carl Eickhorn Waffenfabrik AG fait faillite.

Créée par Annette Eickhorn, une nouvelle société AES (Annette Eickhorn Solingen) reprend la production de couteaux FKm revus et modernisés.

Ils différent visuellement du précédent modèle M-1963/IV FKm par une taille plus petite et la présence d’un décapsuleur sur la garde du couteau.

Les développeurs ont réduit le nombre de pièces du couteau et celui-ci s’avère plus avancé sur le plan technologique.

La lame d’une longueur de 86 mm, épaisse de 3,6 mm, est en acier inoxydable 440 A.

Les plaquettes couleur olive sont en polyamide renforcé. Le nom de la société AES et l'année de fabrication (AES 1978, AES 1979, etc.) sont marqués dans la partie centrale des deux plaquettes de la poignée.

La longueur totale du couteau est de 280 mm.


Modèle LL-80.

 



Quelques années plus tard, l'entreprise AES en difficultés financières, vend ses actions, les droits d'utilisation de la marque Eickhorn, les brevets et toutes les propriétés intellectuelles à la société écossaise « LBA Systems Limited ».

La production de couteaux "AES" se poursuit sous la marque "Original Eickhorn-Solingen Limited", mais avec la nouvelle appellation de "LL-80" (LL pour Luft-Lande soit Air-Sol).

Les couteaux destinés à un usage civil et militaire ont respectivement un manche noir ou vert olive, avec toujours le décapsuleur et le poinçon.

Souvent vendu sur le marché comme des FKm originaux, le modèle LL-80 n’a jamais équipés officiellement la Bundeswehr, bien qu’utilisés par certaines unités militaires allemande.

Ce LL 80 est parfois appelés Type V FKm, ce qui est un abus de langage ou une complaisance commerciale.


Modèle RT.

 



Au début des 1980, sur la base du LL-80, une version a été mise au point pour les départements et services intervenant dans des situations d'urgence : pompiers, police, etc.

Le couteau s'appelait « RT » et fabriqué en deux versions : "RT-1" (rouge) et "RT-1 TAC" (noir).

La longueur totale du couteau est de 222 mm, la longueur de la lame est de 85 mm avec une épaisseur au ricasso de 3,3 mm.

Acier inoxydable X55 CrMo14 (1.4110) et une dureté de 56. Rockwell pour la lame munie d'un crochet coupe-sangle d'une scie à petites dents.

Disposant d'un décapsuleur sur la garde et d'un poinçon, son poids est de 210 grammes.

En 2003, après le durcissement de la législation, la production en Allemagne du FKm et de ses avatars a été interrompue.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


C'est donc le M-1963/IV FKm que j'ai le plaisir de vous présenter.... démonté!





Ce démontage n'est pas la procédure de nettoyage mais il manquait une épaisse rondelle laiton sur un des côtés de la bélière que j'ai remplacée par deux fines.

A noter, que l'axe du poinçon est une goupille fendue appelée "mécanindus" traversée par l'axe de la bélière.




Les plaquettes sont chacune maintenues par 4 rivets laiton et l'axe de bélière.

Possédant une lame pointe au centre, ses marquages sont "BW" sur la plaquette gauche et "rostfrei" (inoxydable) à l'acide sur le ricasso de la lame.

Cette lame n'est certainement pas la celle d'origine...


Les mensurations sont:

Longueur lame rentrée (sans la bélière): 155 mm.

Longueur lame sortie (sans la bélière): 240 mm.

Poids: 290 grammes.


Démontage de campagne en 3 photos:


Retirer la garde par un appui sur le carré inox.


Faire pivoter les deux parties.


Sortir la lame.



Etat collection
TARIF: C/2022

Le texte et les informations de cet article ont été inspirés par les auteurs, ouvrages, blogs et forums nommés sur la page "Bibliographie & Références". 

 Je les remercie tous pour la qualité de leur travail et les prie d'accepter mes excuses si, bien involontairement, je les ai spoliés, froissés ou blessés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

VICTORINOX "MAUSER"

ABL 1950 COLASSE